Année liturgique

L’année liturgique est l’énergie du temps.

Elle trace un lien entre la terre et le ciel, entre le visible et l’invisible entre l’humain et le divin…

Les célébrations de l’année permettent aux chrétiens de revivre l’ensemble de l’histoire de la vie du Christ et du salut des hommes sur une année. l’Eucharistie, sacrement qui nous unit à l’intimité de la présence de Dieu, point culminant de la messe, ressource l’homme et transforme son âme. Elle l’aide à “garder le contact avec le Père”

 « Tu ne me transformeras pas en toi, comme la nourriture en ta chair, mais tu te transformeras en Moi » (Saint Augustin, Confessions 7, 10)

Nous vous proposons de nous rejoindre pour prier ensemble. Vous retrouverez les dates et heures de célébrations de la chapelle St Michel sur le bulletin “le quatre temps”.

Retrouvez aussi les homélies relatives à chaque dimanche ou fête.

  • AVENT
  • NOEL
  • EPIPHANIE
  • MERCREDI des CENDRES
  • DIMANCHE de la PASSION
  • DIMANCHE des RAMEAUX
  • JEUDI Saint  –  VENDREDI Saint  –  SAMEDI Saint
  • PÂQUES – Fête de la Résurrection
  • ASCENSION
  • PENTECOTE – La venue de l’Esprit Saint 
  • ASSOMPTION
  • FETE de tous les SAINTS
  • COMMEMORATION des DEFUNTS                                            

Les couleurs religieuses pendant l’année: explications et symbolisme

Dans les Égli­ses chré­tien­nes, la li­tur­gie dé­si­gne tout un en­sem­ble

  • de cé­ré­mo­nies,
  • de tex­tes et de pa­ro­les,
  • d’or­ne­ments, de vê­te­ments sa­cer­do­taux et de tis­sus des­ti­nés aux mo­bi­liers et aux ob­jets du culte .
  • de couleurs

qui ensemble don­nent forme, con­te­nu et con­ti­nui­té chro­no­lo­gi­que au dé­rou­le­ment de la vie re­li­gieuse du cler­gé et des fi­dè­les, tout au long de l’an­née.

L’Eglise primitive a d’abord pri­vilégié un « blanc pur ». Il a fallu attendre 1200 pour que le pape In­no­cent III pro­mul­gue une ins­truc­tion à ce su­jet, ren­for­cée quel­que trois siè­cles plus tard par Pie V.

Dans l’Église ca­tho­li­que, l’aube et le cor­don sont tou­jours blancs ; en re­van­che, la cha­su­ble, le ma­ni­pule et l’étole sont faits de la même étoffe, mais de cou­leurs di­ver­ses : blanc, rouge, vert, vio­let, noir, rose, or ou encore cendré.

Le pro­pos de toute Eglise est, en ef­fet, d’éta­blir un rythme ré­gu­lier au tra­vers du­quel la vie des fi­dè­les se rap­pro­che de la vie éter­nelle, moyen­nant la sanc­ti­fi­ca­tion du temps lui-même. L’an­née li­tur­gi­que suit le dé­rou­le­ment de la des­ti­née ter­res­tre du Christ, de­puis l’Avent jus­qu’à la Pen­te­côte, en con­ju­guant les fê­tes chris­ti­ques à cel­les des saints, que le cy­cle ca­tho­li­que a in­ter­ca­lées dans le ca­len­drier chris­ti­que. Les prin­ci­pa­les fê­tes de l’an­née re­li­gieuse sont Noël, Pâ­ques, l’As­cen­sion, la Pen­te­côte et la Tous­saint.

Les fê­tes li­tur­gi­ques sont aussi mises en relation avec le ca­len­drier as­tro­no­mi­que des sols­ti­ces et des équi­noxes, si im­por­tant. On voit clai­re­ment à quel point le ca­len­drier li­tur­gi­que se su­per­po­ser au ca­len­drier as­tro­no­mi­que.

Chaque célébration est posée en relation avec:

  • le jour de la célébration qui varie en fonction de la position de Pâques suivant la course de la lune,
  • les textes de la célébration,
  • la couleur employée pour les vêtements des religieux et les ornements

c’est un tout qui vibre en accord

Les pères de l’Eglise qui ont mis tout cela en place n’avaient d’autre objectif que de tout mettre en œuvre du mieux possible et en corrélation pour l’édification du peuple chrétien et son avancement dans la vie spirituelle.

Les cou­leurs li­tur­gi­ques

          Cha­cun con­naît l’im­por­tance de la cou­leur dans la vie de tous les jours. Elle sou­li­gne l’im­por­tance de cer­tains évé­ne­ments, em­bel­lit les pa­ges des ma­ga­zi­nes ou des si­tes in­ter­net…

Elle a aus­si un rôle im­por­tant sur no­tre psy­chisme et nos états d’âme et les ex­pres­sions sym­bo­li­ques en ce sens ne man­quent pas : ” Voir la vie en rose “, ” Broyer du noir “, ” Voir rouge “, ” Rire jaune”…

L’Église se sert de la cou­leur dans sa li­tur­gie pour nous ai­der à pé­né­trer le mys­tère de la fête cé­lé­brée et pour sug­gé­rer à no­tre es­prit le temps li­tur­gi­que dans le­quel on vit, en ré­fé­rence soit:

au cy­cle tem­po­ral (cen­tré sur le Christ ).

au cy­cle sanc­to­ral (vie des sain­tes et saints )

Le prê­tre, qui va cé­lé­brer la messe, sait qu’il va ac­com­plir un acte im­por­tant pour le sa­lut de cha­cun. Il se pré­pare donc in­té­rieu­re­ment. Le cé­lé­brant re­vêt alors cer­tains vê­te­ments, por­teurs de sym­bo­lisme et té­moins d’une lon­gue tra­di­tion his­to­ri­que.

Voi­ci quel­ques ex­pli­ca­tions sur les cou­leurs uti­li­sées. El­les pour­ront vous ai­der à mieux com­pren­dre ce que nous voyons lors des mes­ses ou des dif­fé­rents of­fi­ces du­rant l’an­née.

Qua­tre cou­leurs sont prin­ci­pa­le­ment uti­li­sées:

le blanc  –  le vert  –  le vio­let  –  le rouge

D’au­tres cou­leurs peu­vent aus­si être uti­li­sées afin de mar­quer plus pré­ci­se­ment un évè­ne­ment:

l’or  –  le noir  – le rose  –  le bleu  –  le cendré

Retrouvez l’explication, le symbolisme et la méditation liés à chaque couleur