Pâques !

Une année n’est pas coutume .. un nouveau texte de Mgr Thierry Teyssot pour chacun, chacune en ce jour de Pâques

“La résurrection du Christ d’entre les morts, qu’est-ce que cela signifie ? Victoire des forces de la vie sur celles de la mort, de l’amour sur la haine, de la lumière sur les ténèbres. Voilà pour l’essentiel ! Toutes les Églises de l’univers chrétien célèbrent aujourd’hui cette victoire unique dans l’histoire de l’humanité ! Et comprenons bien qu’il ne s’agit pas de la « réanimation d’un cadavre »… La résurrection du Christ c’est autre chose, inexplicable à l’échelle de la raison ! Changeant parfois d’apparence, apparaissant et disparaissant comme un esprit, pourtant ses apôtres le touchent et mangent avec lui, Jésus ressuscité est toujours le même, mais quelque chose en lui a changé !
Les apparitions de Marie dans le monde aident à le comprendre : blonde avec les yeux bleus à Lourdes, brune avec les yeux noirs à Fatima, blanche ou noire, finalement à la portée des peuples et des cultures qu’elle tente de rejoindre ! Depuis l’autre réalité elle peut revêtir n’importe qu’elle forme, il n’ y a plus de limites !
Difficile bien sûr pour nous de le comprendre parce que nous appartenons à un monde où les limites sont partout. Dans notre esprit, notre corps aussi, sujet à la maladie, à la fatigue et à la mort. Et l’actualité avec le confinement et la crise sanitaire touchant les personnes les plus fragiles nous le rappelle hélas, tous les jours !
A l’image de la souffrance de Jean Valjean dans le roman des Misérables en lutte avec sa conscience pour venir à bout d’un cruel dilemme, nous nous débattons avec nos peurs et nos doutes. Le Christ aussi ! Il n’y est pas étranger, sinon il n’aurait pas partagé la condition humaine, il aurait triché avec la vie. Mais ce n’est pas le cas ! La puissance d’évocation de Victor Hugo dans son roman le fait surgir : « Ainsi se débattait sous l’angoisse cette malheureuse âme. Dix-huit cents ans avant cet homme infortuné, l’être mystérieux, en qui se résument toutes les saintetés et toutes les souffrances de l’humanité, avait aussi lui, pendant que les oliviers frémissaient au vent farouche de l’infini, longtemps écarté de la main l’effrayant calice qui lui apparaissait ruisselant d’ombre et débordant de ténèbres dans les profondeurs pleines d’étoiles »
Je trouve qu’il y a du souffle dans ces mots de Victor Hugo. Il ressent et voit ce que d’autres ne voient pas, comme souvent les grands artistes, peintres, poètes ou musiciens.
La résurrection du Christ c’est un souffle vivifiant qui balaye tout sur son passage. Pour les apôtres, Jésus ressuscité devient une certitude, vivante, telle qu’ils n’ont plus peur !
C’est parce que le Christ est ressuscité qu’il est Dieu. Quoiqu’il ait pu dire et faire auparavant, c’est sa résurrection d’entre les morts qui illumine tout le reste. Notre vie même, nos idéaux, nos belles actions, notre amour, finalement tout n’a de sens et de résonance dans l’absolu que parce que la vie est éternelle.
Joyeuses fêtes de Pâques à toutes et à tous.”

Mgr Thierry Teyssot, Evêque Eglise gallicane, Tradition apostolique de Gazinet

Ce contenu a été publié dans Textes publiés, Vie de la chapelle. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.