Méditation sur la prière du “Notre Père”

Lors d’un “Par­tage bi­bli­que” nous avons abor­dé la prière du « No­tre Père », prière com­mune à l’en­sem­ble des chré­tiens. Cet échange fut par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sant et j’ai eu en­vie de le par­ta­ger avec vous.

Ce temps en­sem­ble a per­mis d’ap­por­ter une at­ten­tion par­ti­cu­lière à cette prière sou­vent ré­pé­tée et a per­mis de la re­nou­ve­ler en no­tre cœur. Cer­tain(e)s en ont re­dé­cou­vert son sens et la force de ce que nous af­fir­mons lors­que nous la prions.

D’au­cuns se­ront plus sen­si­bles à un pas­sage, d’au­tres à un au­tre …. peu im­porte. Ce qui est im­por­tant c’est le che­min par­cou­ru, la proxi­mi­té trou­vée avec le Ciel au cœur de cette belle prière qui a tra­ver­sé les temps de­puis le Christ jus­qu’à nous.

“Voi­ci com­ment vous de­vez prier: No­tre Père qui es dans les cieux … dit le Christ à la de­mande de ses apô­tres (Mat­thieu 6, 9-13) – (Luc 11,2-4)… Le Christ donne à ceux qui le sui­vent la pos­si­bi­li­té de pou­voir prier en­sem­ble et non plus seu­le­ment sé­pa­ré­ment … le dé­but de la proxi­mi­té en­tre les hom­mes dans la prière, unis dans le même Es­prit.

No­tre Père qui es aux cieux

“No­tre”: à nous tous, quel que soit ce­lui qui prie… un “No­tre” qui nous rend frè­res et sœurs en Christ. Par l’Es­prit qui nous unit, nous som­mes tous en­fants de Dieu.

“Père”: lien fi­lial. Nous con­fions nos vies et no­tre hu­ma­ni­té à ton Amour…comme un en­fant en pleine con­fiance avec son père, sa fa­mille.

“Qui es aux cieux”: Nous re­con­nais­sons ta puis­sance di­vine créa­trice de tou­tes cho­ses.

Une af­fir­ma­tion qui re­con­naît que nous ne som­mes pas no­tre pro­pre ori­gine et que nous ne som­mes pas seuls mais en re­la­tion avec le Père et avec l’hu­ma­ni­té toute en­tière quand elle dit: “Père”

Que ton nom soit sanc­ti­fié…

…dans nos exis­ten­ces, dans nos vies de chré­tiens, dans nos re­la­tions en­tre Egli­ses.

Lors de la Der­nière Cène, le Christ prie son Père:” Qu’ils soient UN comme Toi et Moi nous som­mes UN” (Jean 17,21),

…dans le monde ter­res­tre comme dans le monde cé­leste. Bien au-delà de nous même, le Père peut se ré­vé­ler à qui il veut, par les che­mins qu’il choi­sit (la grâce). Puisse ton nom être re­con­nu et ho­no­ré par tant d’hom­mes et de fem­mes qui t’igno­rent en­core ou qui te cher­chent et que le té­moi­gnage de nos Egli­ses donne en­vie de te dé­cou­vrir.

Que ton rè­gne vienne

Sei­gneur, viens ré­gner en nos cœurs, ou­vre-les à ta jus­tice et à ta paix. Que la sève de l’Evan­gile nous fasse gran­dir et nous rap­pro­che de Toi.

Que ta vo­lon­té soit faite sur la terre comme au ciel

Aide le monde ter­res­tre à se con­for­mer à ta vo­lon­té cé­leste: fais que nous vi­vions de Toi et ac­com­plis­sions sur terre Tes com­man­de­ments: ai­mer Dieu et ai­mer son pro­chain. Les au­tres com­man­de­ments dé­cou­lent na­tu­rel­le­ment de ces deux pre­miers.

Tu as aimé les hom­mes au point de vou­loir qu’ils soient pé­né­trés de ta vie, ins­pire-nous de dé­si­rer ce que tu veux et de tout met­tre en œu­vre pour ac­com­plir ta vo­lon­té.

Donne-nous au­jourd’hui no­tre pain de ce jour

Le pain ter­res­tre pour vi­vre cha­que jour ain­si que ce dont tout homme a be­soin sur la terre pour vi­vre dé­cem­ment … mais aus­si no­tre pain de chré­tien: l’eu­cha­ris­tie et la Pa­role à la lu­mière de l’Es­prit pour ra­vi­ver no­tre Foi et no­tre es­pé­rance.

Par­donne-nous nos of­fen­ses comme nous par­don­nons aus­si à ceux qui nous ont of­fen­sés.

Le par­don est source de ré­con­ci­lia­tion et fer­ment de paix. C’est une puis­sance qui li­bère. Le par­don de Dieu est ac­quis à ce­lui qui le lui de­mande sin­cè­re­ment (ab­so­lu­tion). Ce­lui qui par­donne à son frère vit en en­fant de Dieu et peut en vé­ri­té l’ap­pe­ler Père. Ce­lui qui par­donne est dans sa mis­sion de chré­tien.

Ap­prends-nous à par­don­ner comme Toi tu sais par­don­ner, im­mé­dia­te­ment et sans ran­cune. Ap­prends nous à “ef­fa­cer les of­fen­ses” qui nous sont fai­tes, Toi qui as “ef­fa­cé les pé­chés du monde”.

Et ne nous sou­mets pas à la ten­ta­tion

lais­ses pas suc­com­ber à la ten­ta­tion

lais­ses pas en­trer en l’épreuve (Eglise or­tho­doxe)

Pré­serve nous de l’épreuve et for­ti­fie no­tre Foi.

Ten­ta­tions qui nous éloi­gnent de toi, mais aus­si ten­ta­tion de t’ou­blier, de né­gli­ger ta vo­lon­té, de te ran­ger “au pla­card”.

No­tre prière, no­tre Foi et nos choix sont là pour que nous ne suc­com­bions pas, que nous échap­pions à l’en­dur­cis­se­ment de no­tre cœur. C’est le com­bat du bien et du mal sur terre. Com­bat dont l’homme doit sor­tir vain­queur avec la grâce de Dieu. Que les tra­gé­dies de no­tre monde et de nos vies n’étouf­fent pas no­tre cri d’es­pé­rance, no­tre Foi et no­tre soif de te re­trouver.

Mais dé­li­vre-nous du mal

Af­fir­ma­tion que Dieu est plus grand, plus puis­sant que le mal, que le ma­lin.

Car c’est à Toi qu’ap­par­tien­nent, le rè­gne, la puis­sance et la gloire pour les siè­cles des siè­cles.

A toi, Père, tout est pos­si­ble … C’est de toi que tout vient, c’est à toi que tout re­tourne

C’est donc avec as­su­rance que nous di­sons cette prière re­çue de ton Fils Sau­veur.

Amen

Je crois, Ain­si soit-il, En vé­ri­té, C’est ma Foi

Chré­tien: Amen (ain­si soit-il ou je crois) –   Hé­breu : Āmēn   – Arabe : Āmyn

C’est une dé­cla­ra­tion de foi et d’af­fir­ma­tion. Dé­cla­ra­tion trou­vée dans la Bi­ble hé­braï­que, et par con­sé­quent dans le Nou­veau Tes­ta­ment et le Co­ran.

Ce pe­tit mot a toujours été en usage dans le ju­daïsme, et adop­té dans la li­tur­gie chré­tienne et par l’is­lam comme for­mule de con­clu­sion de priè­res ou d’hym­nes.

——————————————————————————————————–

Pour cel­les et ceux qui ai­ment le sym­bo­lisme, cette prière peut aus­si être priée de cette manière:

3 de­man­des en re­la­tion avec la di­vi­ni­té de Dieu,(3 : chif­fre de la tri­ni­té, chif­fre des cieux)

RES­PECT de Dieu

son nom  …     que ton nom soit sanc­ti­fié par nos at­ti­tu­des dans nos exis­ten­ces

son rè­gne …    que ton rè­gne vienne en nos cœurs

sa vo­lon­té …   que nous ren­dions no­tre monde ter­res­tre con­forme à ta vo­lon­té cé­leste

SUR LA TERRE COMME AU CIEL

af­fir­ma­tion qui ren­force l’uni­té que l’on sou­haite en­tre la terre et le ciel.

 

4 de­man­des ter­res­tres, tan­gi­bles, hu­mai­nes (4 : chif­fre en re­la­tion avec la terre)

NO­TRE BE­SOIN de LUI

Pain  …            Nour­ri­ture ter­res­tre pour no­tre corps mais aus­si nour­ri­ture cé­leste pour                           no­tre âme

Par­don  …       Par­donne nous et ap­prends nous à par­don­ner

Li­ber­té/Ten­ta­tion …    Li­ber­té de cé­der ou non aux ten­ta­tions ter­res­tres et ris­que d’ou­blier                                           Dieu dans nos vies.

Dé­li­vrance …                  Ap­pel à l’Amour que Dieu a pour l’hu­ma­ni­té afin qu’il nous               accueille auprès de Lui.

3+4 = 7           7 est le chif­fre de l’Es­prit, de la con­nais­sance su­prême…

le che­min a par­cou­rir

 

Alors, “unis dans un même es­prit, nous pou­vons dire avec con­fiance la prière que nous avons re­çue du Sau­veur” (li­tur­gie gal­li­cane).

Ren­dons grâce à Dieu de cette prière du “No­tre Père” qui nous per­met de prier seul(e) ou en­sem­ble et avec des chré­tiens de dif­fé­ren­tes con­fes­sions. Mais, prier en­sem­ble … même avec les pa­ro­les re­çues du Sei­gneur est main­te­nant in­suf­fi­sant, n’en res­tons pas là et in­car­nons vrai­ment en nous et au­tour de nous ce que nous dit cette prière. Dès le dé­but nous som­mes frè­res et sœurs puis­qu’il est “No­tre Père”, har­mo­ni­sons “le dire” et “le faire” dans la con­ti­nui­té de no­tre prière. Soyons en vé­ri­té dans no­tre vie, comme no­tre re­la­tion au Père dans no­tre prière est en vé­ri­té.

Et, en re­dé­cou­vrant cette même pa­ter­ni­té (au-delà même des Egli­ses), re­pre­nons con­science des exi­gen­ces fra­ter­nel­les qu’elle im­pli­que.

Ceci n’est qu’un bref aper­çu de ce qui peut être dit sur cette prière; un résumé de par­tage bi­bli­que qui ne de­mande qu’à être étof­fé de vos pro­pres dé­cou­ver­tes.

Je vous in­vite aus­si à re­lire l’ar­ti­cle écrit par Mon­sei­gneur Thier­ry dans “Le Gal­li­can” d’Avril 2012 à pro­pos de la prière du “No­tre Père” pour com­plé­ter et ap­pro­fon­dir cette ré­flexion.

Dame co­lette.

Ré­fé­ren­ces:

– Par­tage bi­bli­que de No­vem­bre et Dé­cem­bre 2014 avec des chré­tiens de dif­fé­ren­tes con­fes­sions

– Ar­ti­cle de Mgr Thier­ry paru dans “Le Gal­li­can”- Avril 2012

– « Vous donc, priez ain­si ». “Le No­tre Père, iti­né­raire pour la con­ver­sion des Egli­ses” (2011). Groupe des Dom­bes. Bayard Théo­lo­gie.

– “Dic­tion­naire des sym­bo­les”. My­thes, Rê­ves, Cou­tu­mes, Ges­tes, For­mes, Fi­gu­res, Cou­leurs, Nom­bres.   (1982). Jean Che­va­lier et Alain Gheer­brant. Ro­bert Laf­font Edi­tions.

Ce contenu a été publié dans Textes publiés, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.