Bulletin le Quatre Temps N°67

Publié dans Bulletin : Le Quatre Temps, Vie de la chapelle | Laisser un commentaire

Partage biblique oecuménique N°77

Partage biblique Oecuménique: Catholiques, Protestants, Gallicans autour du même texte.

Partage Biblique ce jeudi 17 Mars en suivant Nicodème au long des Ecrits de St Jean. On verra aussi comment il parle à notre vie et à notre Foi, tout spécialement en ce temps de Carême qui nous mène à Pâques.

Publié dans Partages bibliques, Vie de la chapelle | Laisser un commentaire

Méditation pour le Temps du Carême

Le Psaume 91 donne l’Esprit du Carême. Il se lit lors de la célébration du premier Dimanche de carême et nous place dans la confiance en Dieu.

Le carême n’est pas un temps de privations pour la privation, mais un temps de retournement sur soi par la « mise à distance » du monde matériel afin de valoriser la dimension spirituelle en l’homme.

Dans le silence que nous installons ainsi volontairement dans nos vies en faisant cesser l’agitation du monde, les paroles du Psaume 91 nous placent dans l’élément essentiel du Carême, la confiance dans le Très Haut.

Comme toute lecture biblique le texte n’est pas à prendre à la lettre mais à comprendre selon l’Esprit… Bonne méditation

Psaume 91

A l’abri chez le Dieu très-haut

Qui se place à l’abri auprès du Dieu très-haut
et se met sous la protection du Très-Grand, celui-là dit au Seigneur:

« Tu es la forteresse où je trouve refuge, tu es mon Dieu, j’ai confiance en toi. »

C’est le Seigneur qui te délivrera
des pièges que l’on tend devant toi
et de la peste meurtrière. Il te protègera, tu trouveras chez lui un refuge, comme un poussin sous les ailes de sa mère.
Sa fidélité est un bouclier protecteur. Tu n’auras rien à redouter:
ni les dangers terrifiants de la nuit, ni la flèche qui vole pendant le jour, ni la peste qui rode dans l’obscurité,
ni l’insolation qui frappe en plein midi. Oui, même si ces fléaux font mille victimes près de toi
et dix mille encore à ta droite, il ne t’arrivera rien. Ouvre seulement les yeux et tu verras comment Dieu paie les méchants.

« Oui, Seigneur, tu es pour moi un refuge »
Si tu as fait du Très-Haut ton abri, aucun mal ne t’atteindra,
aucun malheur n’approchera de chez toi. Car le Seigneur donnera l’ordre à ses anges de te garder où que tu ailles. Ils te porteront sur leurs mains pour éviter que ton pied ne heurte une pierre. Tu marcheras sans risque sur le lion ou la vipère,
tu pourras piétiner le fauve ou le serpent. »

« Il est attaché à moi, dit le Seigneur,
je le mettrai donc à l’abri;
je le protègerai parce qu’il sait qui je suis.

S’il m’appelle au secours, je lui répondrai.
Je serai à ses côtés dans la détresse,
je le délivrerai, je lui rendrai son honneur.

Je lui donnerai une vie longue et pleine,
et je lui ferai voir que je suis son sauveur.

Petite réflexion pour guider la prière de carême:

Homme, souviens toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière.

« Cette parole marque la célébration du mercredi des cendres dans la liturgie gallicane. Un geste particulier est posé en ce jour, par le célébrant : il trace une croix sur le front de chaque fidèle avec la cendre des Rameaux bénis l’année précédente. Ainsi ce rituel introduit le début du Carême.

Lorsque le feu a fini de consumer la totalité d’une buche il ne reste que des cendres. Les cendres posées à notre front en ouverture du Carême représentent le symbole de l’âme brulée par des passions terrestres. Le feu s’est retiré et il reste un peu de poussière, rien de plus. Avec cette symbolique, nous sommes projeté brutalement face à notre propre mort.

Ce geste est une provocation destinée à nous faire réagir « ô mort où est ton aiguillon » disait Saint Paul. Et le Carême est notre réaction face à ce défi : comment échapper à cette issue inévitable?

« N’accumulez pas des réserves sur la terre : ici bas la rouille et les mites exercent leurs ravages et les voleurs viennent cambrioler. Accumulez plutôt des trésors dans le ciel : là-haut il n’y a ni rouille ni mites qui rongent, pas de voleurs qui viennent cambrioler. Là où se trouve ton trésor, là aussi est ton coeur. » (Matthieu 6 18-21)

Le Christ dans l’Evangile du jour nous propose une autre voie pour échapper à ce destin de poussière et de cendre. Placer son trésor sur une autre dimension, c’est faire vibrer son âme sur des harmonies célestes et divines et non pas se laisser engluer dans des vibrations uniquement terrestres. Le Christ nous invite à une élévation de l’âme afin de nous placer sur une nouvelle orbite. C’est tout le sens de ce Carême qui commence, nous faire passer de notre humaine horizontalité à une divine verticalité.

« Dieu s’est fait homme pour que l’homme se fasse Dieu » disent les Pères de l’Eglise. Le Carême est cet appel à l’essentiel, cet appel à nous tourner vers cette dimension céleste qui est en nous, mais trop souvent oubliée et délaissée. Le quotidien terrestre est si prenant qu’il occupe toute la place dans notre corps et notre âme, de même qu’il nous coupe de l’esprit. La messe de Gazinet demande « Et ne permet pas (Seigneur) que nous soyons jamais séparé de Toi », car notre véritable echec se situe là, nous laissons les activités et les passions du monde occuper tout l’espace de nos vies et nous sommes ainsi éloignés de Dieu.

Le Christ en gloire au dessus des autels gallicans nous invite à le rejoindre et à nous assoir à ses côtés. Le Carême ne doit pas être vécu comme un temps de privation et de renoncement, il est avant tout un temps de plénitude à Dieu. Un temps d’ouverture à une dimension céleste qui doit envahir notre âme et laissez couler dans nos veines, la sève divine du Verbe. Ce trésor dont parle le Christ, c’est celui de la prière divine, celui de la charité et celui de l’amour désintéressé.

Le temps du Carême est une richesse extraordinaire sur le plan spirituel. Prenons un peu plus de temps qui nous est si précieux, pour le consacrer à notre trésor spirituel. Plus qu’à l’ordinaire, durant ces quarante jours mettons nous à l’écoute de la Parole de Dieu. Les Epîtres et les Evangiles portent les valeurs fondamentales qui structurent les exigences de la vie des hommes lorsqu’ils se tournent vers Dieu. Ne renonçons pas à ce trésor, ne laissons pas les modes nous détourner de cette expérience spirituelle à la portée de tous. Durant ce temps, la nourriture terrestre fait place à plus de nourriture céleste, voilà le sens véritable du Carême.

Oraison pour l’humanité

« Inclinez vos têtes en présence de Dieu,

Jetez un regard favorable Seigneur sur vos fidèles qui inclinent la tête en présence de votre souveraine majesté; et comme votre don divin les a réconfortés, que les grâces du ciel continuent de les nourrir »

En union de prière avec vous tous

Père Robert

Publié dans Prières, Vie de la chapelle | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Premier Dimanche de Carême

Homélie Premier Dimanche de carême

Epître : St Paul aux Corinthiens (2 Cor. 6,1-10)

Ainsi, puisque nous collaborons avec Dieu, nous vous en supplions : ne négligez pas la grâce que vous avez reçue de lui. Dieu déclare en effet :

« Au moment où se manifestait ma faveur, je t’ai écouté, au jour du salut, je suis venu à ton secours z . »

Eh bien, voici maintenant le moment d’accepter la faveur de Dieu ; voici le jour du salut.

 Il ne faut pas que l’on puisse critiquer notre fonction, c’est pourquoi nous ne voulons scandaliser personne en quoi que ce soit. Au contraire, nous cherchons en toutes circonstances à nous présenter comme de vrais serviteurs de Dieu : nous supportons avec beaucoup de patience les souffrances, les détresses et les angoisses. On nous a battus et mis en prison, on a soulevé le peuple contre nous ; accablés de travail, nous avons été privés de sommeil et de nourriture. Nous nous montrons serviteurs de Dieu par notre pureté, notre connaissance, notre patience et notre bonté, par l’action du Saint-Esprit, par notre amour sincère, par notre prédication de la vérité et grâce à la puissance de Dieu. Nos armes offensives et défensives, c’est de faire ce qui est juste aux yeux de Dieu. On nous honore ou on nous couvre de mépris ; on nous insulte ou on nous respecte. On nous regarde comme des menteurs alors que nous disons la vérité, comme des inconnus alors que nous sommes bien connus, comme des mourants alors que nous sommes bien vivants. On nous punit, sans pourtant nous exécuter ; on nous attriste et pourtant nous sommes toujours joyeux ; nous sommes pauvres, mais nous enrichissons beaucoup de gens ; nous paraissons ne rien avoir, nous qui, en réalité, possédons tout.

 Evangile : St Matthieu 4, 1-11

Ensuite l’Esprit de Dieu conduisit Jésus dans le désert pour qu’il y soit tenté par le diable. Après avoir passé quarante jours et quarante nuits sans manger, Jésus eut faim. Le diable, le tentateur, s’approcha et lui dit :

« Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à ces pierres de se changer en pains. » Jésus répondit : L’Écriture déclare : «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole que Dieu prononce .» 

Alors le diable l’emmena jusqu’à Jérusalem, la ville sainte, le plaça au sommet du temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car l’Écriture déclare : Dieu donnera pour toi des ordres à ses anges et ils te porteront sur leurs mains pour éviter que ton pied ne heurte une pierre ». Jésus lui répondit: L’Écriture déclare aussi : «Ne mets pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu.»

Le diable l’emmena encore sur une très haute montagne, lui fit voir tous les royaumes du monde et leur splendeur, et lui dit : « Je te donnerai tout cela, si tu te mets à genoux devant moi pour m’adorer. » Alors Jésus lui dit : « Va-t’en, Satan ! Car l’Écriture déclare : Adore le Seigneur ton Dieu et ne rends de culte qu’à lui seul». Cette fois le diable le laissa.

Des anges vinrent alors auprès de Jésus et se mirent à le servir.

Publié dans Homélies, Vie de la chapelle | Laisser un commentaire

Mercredi des Cendres

Homélie mercredi des cendres 2022
Epître : Lecture du Prophète Joël 2, 12-19

« Il est encore temps, maintenant, de revenir à moi, affirme le Seigneur.
Faites-le de tout votre coeur :jeûnez, pleurez et suppliez-moi. Il ne suffit pas de déchirer vos vêtements, c’est votre coeur qu’il faut changer. »
Oui, revenez au Seigneur, votre Dieu: Il est bienveillant et compatissant, patient et d’une immense bonté, toujours prêt à renoncer à ses menaces. Il changera peut-être d’avis, et vous comblera de bienfaits. Vous pourrez alors lui apporter des offrandes de blé et de vin.

Sonnez de la trompette à Sion, ordonnez un temps de jeûne, convoquez une assemblée. Groupez la population pour une réunion solennelle. Rassemblez les vieillards, les jeunes gens et même les tout petits enfants. Que les nouveaux mariés eux-mêmes quittent la chambre de leurs noces. Que les prêtres qui servent le Seigneur pleurent dans le temple entre le vestibule d’entrée et l’autel, et qu’ils supplient Dieu ainsi :
« Seigneur, aie pitié de nous, ton peuple, ne livre pas les tiens à la honte, ne permets pas que des peuples étrangers se moquent de nous en disant :«Que fait donc leur Dieu ?» »

Le Seigneur aime son pays, il a pitié de son peuple et répond ainsi à ses prières :
« Je vais vous donner de nouveau du blé, du vin et de l’huile. Vous en serez comblés !
Plus jamais je ne vous livrerai à l’opprobre parmi les nations; parole du Dieu tout puissant.

Evangile : St Matthieu 6,16-21

 « Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air triste comme font les hypocrites : ils changent de visage pour que tout le monde voie qu’ils jeûnent. Je vous le déclare, c’est la vérité : ils ont déjà leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, lave-toi le visage et parfume ta tête,  afin que les gens ne se rendent pas compte que tu jeûnes. Seul ton Père qui est là, dans le secret, le saura ; et ton Père, qui voit ce que tu fais en secret, te récompensera. »
« Ne vous amassez pas des richesses dans ce monde, où les vers et la rouille détruisent, où les cambrioleurs forcent les serrures pour voler. Amassez-vous plutôt des richesses dans le ciel, où il n’y a ni vers ni rouille pour détruire, ni cambrioleurs pour forcer les serrures et voler. Car ton coeur sera toujours là où sont tes richesses. »

Publié dans Homélies, Vie de la chapelle | Laisser un commentaire

En chemin vers Pâques

Le temps de carême a débuté au Mercredi des cendres par cette phrase:

« souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière »

Phrase porteuse de notre début de carême non pas pour nous culpabiliser ou nous humilier mais pour nous inciter à nous recentrer sur notre essentiel, à faire un peu silence en nous afin de retrouver notre source intérieure…
Ralentir notre rythme le temps du carême, mettre en attente ce qui peut l’être, prendre un peu plus de temps pour être présent à Dieu dans le secret de notre cœur, à son écoute, afin de pouvoir annoncer au matin de Pâques avec un cœur sûr et léger


« Oui Jésus-Christ est vraiment ressuscité »


En attendant cheminons doucement avec Dieu au cœur de nos vies lors de ces
journées qui nous séparent de la plus belle fête chrétienne au matin de Pâques.

Comment parler de cette joie chrétienne qui arrive sans parler de ce qui fait aussi notre monde aujourd’hui, pandémie toujours latente et guerre à notre porte… des jours difficiles derrière … et devant nous peut être, sûrement…

Le chrétien n’est pas coupé du monde et sa prière et son action sont intimement liées à l’autre dans ce qu’il a de plus précieux, une humanité partagée, une solidarité de frères, sœurs, en Christ. Resserrons les liens qui réchauffent en ces jours difficiles et n’abandonnons pas ce qui fait que nous sommes des femmes et des hommes .. notre pouvoir d’aimer, de compatir, de soutenir les plus faibles ou les plus démunis.

Ayons le cœur à l’altruisme
Œuvrons pour un monde meilleur chacun où nous sommes.

Cette parole du Christ est encore plus d’actualité aujourd’hui:

"Ce que vous faites au plus petit d'entre les miens, 
    c'est à moi que vous le faites. Matthieu 25,40  

Dame Colette +

Publié dans Textes publiés | Laisser un commentaire

le semeur ! (dimanche de la sexagésime)

Dimanche de la sexagésime

Epître : St Paul aux Corinthiens (2 Co 11,19-33 et 12,1-9)

Vous qui êtes des sages, vous supportez si volontiers les fous ! Vous supportez qu’on vous traite comme des esclaves, qu’on vous exploite, qu’on vous dépouille, qu’on vous regarde de haut, qu’on vous frappe au visage. J’ai honte de le dire : nous avons été trop faibles à cet égard ! Cependant, là où d’autres osent se vanter — je parle comme si j’étais fou — je le puis moi aussi. Ils sont Hébreux ? Moi aussi. Israélites ? Moi aussi. Descendants d’Abraham ? Moi aussi. Ils sont serviteurs du Christ ? Eh bien — je vais parler comme si j’avais complètement perdu la raison — je le suis plus qu’eux. J’ai peiné plus qu’eux, j’ai été en prison bien plus fréquemment, frappé beaucoup plus et en danger de mort plus souvent.  Cinq fois j’ai reçu des Juifs la série de trente-neuf coups, trois fois j’ai été battu à coups de fouet par les Romains et une fois on m’a blessé en me jetant des pierres ; trois fois j’ai fait naufrage et une fois je suis resté un jour et une nuit dans les flots. Dans mes nombreux voyages j’ai connu les dangers dus aux rivières qui débordent ou aux brigands, les dangers dus à mes compatriotes juifs ou à des non-Juifs a , j’ai été en danger dans les villes ou dans les lieux déserts, en danger sur la mer et en danger parmi de faux frères. J’ai connu des travaux pénibles et de dures épreuves ; souvent j’ai été privé de sommeil; j’ai eu faim et soif ; souvent j’ai été obligé de jeûner ; j’ai souffert du froid et du manque de vêtements. Et sans parler du reste, il y a ma préoccupation quotidienne : le souci que j’ai de toutes les Églises. Si quelqu’un est faible, je me sens faible aussi ; si quelqu’un est détourné de la foi, j’en éprouve une vive douleur. S’il faut que je me vante, je me vanterai de ma faiblesse. Dieu, le Père du Seigneur Jésus — qu’il soit loué pour toujours ! — sait que je ne mens pas. Quand j’étais à Damas, le gouverneur représentant le roi Arétas plaça des gardes aux portes de la ville pour m’arrêter. Mais, par une fenêtre de la muraille, on me descendit à l’extérieur dans une corbeille, et c’est ainsi que je lui échappai.

Il faut donc que je me vante, bien que cela ne soit pas bon. Mais je vais parler maintenant des visions et révélations que le Seigneur m’a accordées. Je connais un chrétien qui, il y a quatorze ans, fut enlevé jusqu’au plus haut des cieux. (Je ne sais pas s’il fut réellement enlevé ou s’il eut une vision, Dieu seul le sait).Oui, je sais que cet homme fut enlevé jusqu’au paradis (encore une fois, je ne sais pas s’il fut réellement enlevé ou s’il eut une vision, Dieu seul le sait), et là il entendit des paroles inexprimables et qu’il n’est permis à aucun être humain de répéter. Je me vanterai au sujet de cet homme — mais, quant à moi, je ne me vanterai que de ma faiblesse —. Si je voulais me vanter, je ne serais pas fou, car je dirais la vérité. Mais j’évite de me vanter, car je ne désire pas qu’on ait de moi une opinion qui dépasserait ce qu’on me voit faire ou m’entend dire. Cependant, afin que je ne sois pas enflé d’orgueil pour avoir reçu des révélations si extraordinaires, une dure souffrance m’a été infligée dans mon corps, comme un messager de Satan destiné à me frapper et à m’empêcher d’être enflé d’orgueil. Trois fois j’ai prié le Seigneur de me délivrer de cette souffrance. Il m’a répondu : « Ma grâce te suffit. Ma puissance se manifeste précisément quand tu es faible. » Je préfère donc bien plutôt me vanter de mes faiblesses, afin que la puissance du Christ étende sa protection sur moi.

 Evangile : St Luc 8,4-15

De chaque ville, des gens venaient à Jésus. Comme une grande foule s’assemblait, il dit cette parabole : « Un homme s’en alla dans son champ pour semer du grain. Tandis qu’il lançait la semence, une partie des grains tomba le long du chemin : on marcha dessus et les oiseaux les mangèrent. Une autre partie tomba sur un sol pierreux : dès que les plantes poussèrent, elles se desséchèrent parce qu’elles manquaient d’humidité. Une autre partie tomba parmi des plantes épineuses qui poussèrent en même temps que les bonnes plantes et les étouffèrent. Mais une autre partie tomba dans la bonne terre ; les plantes poussèrent et produisirent des épis : chacun portait cent grains. » Et Jésus ajouta : « Écoutez bien, si vous avez des oreilles pour entendre ! »

Les disciples de Jésus lui demandèrent ce que signifiait cette parabole. Il leur répondit : « Vous avez reçu, vous, la connaissance des secrets du Royaume de Dieu ; mais aux autres gens, ils sont présentés sous forme de paraboles et ainsi «Ils peuvent regarder, mais sans voir, ils peuvent entendre, mais sans comprendre.»

« Voici ce que signifie cette parabole : la semence, c’est la parole de Dieu. Certains sont comme le bord du chemin où tombe le grain : ils entendent, mais le diable arrive et arrache la parole de leur coeur pour les empêcher de croire et d’être sauvés. D’autres sont comme un sol pierreux : ils entendent la parole et la reçoivent avec joie. Mais ils ne la laissent pas s’enraciner, ils ne croient qu’un instant et ils abandonnent la foi au moment où survient l’épreuve. La semence qui tombe parmi les plantes épineuses représente ceux qui entendent ; mais ils se laissent étouffer en chemin par les préoccupations, la richesse et les plaisirs de la vie, et ils ne donnent pas de fruits mûrs. La semence qui tombe dans la bonne terre représente ceux qui écoutent la parole et la gardent dans un coeur bon et bien disposé, qui demeurent fidèles et portent ainsi des fruits. »

Publié dans Homélies, Vie de la chapelle | Laisser un commentaire

Partage Biblique Oecuménique N°76

Publié dans Partages bibliques, Vie de la chapelle | Laisser un commentaire

Article dans « Le Pays » Montbrison – Unité des Chrétiens 2022

Publié dans Oecuménisme, Vie de la chapelle | Laisser un commentaire

Séparer le bon grain de l’ivraie ?

Ecouter l’homélie du 5e Dimanche après l’Epiphanie

Epître : St Paul aux Colossiens 3,12-17

Vous faites partie du peuple de Dieu ; Dieu vous a choisis et il vous aime. C’est pourquoi vous devez vous revêtir d’affectueuse bonté, de bienveillance, d’humilité, de douceur et de patience. Supportez-vous les uns les autres ; et si l’un de vous a une raison de se plaindre d’un autre, pardonnez-vous réciproquement, tout comme le Seigneur vous a pardonné. Et par-dessus tout, mettez l’amour, ce lien qui vous permettra d’être parfaitement unis. Que la paix du Christ règne dans vos coeurs ; c’est en effet à cette paix que Dieu vous a appelés, en tant que membres d’un seul corps. Soyez reconnaissants. Que la parole du Christ, avec toute sa richesse, habite en vous. Instruisez-vous et avertissez-vous les uns les autres avec une pleine sagesse. Chantez à Dieu, de tout votre coeur et avec reconnaissance, des psaumes, des hymnes et des cantiques inspirés par l’Esprit. Tout ce que vous faites, en paroles ou en actions, faites-le au nom du Seigneur Jésus, en remerciant par lui Dieu le Père.

Evangile : St Matthieu 13, 24-30

Jésus leur raconta une autre parabole : « Voici à quoi ressemble le Royaume des cieux : Un homme avait semé de la bonne semence dans son champ. Une nuit, pendant que tout le monde dormait, un ennemi de cet homme vint semer de la mauvaise herbe parmi le blé et s’en alla. Lorsque les plantes poussèrent et que les épis se formèrent, la mauvaise herbe apparut aussi. Les serviteurs du propriétaire vinrent lui dire : «Maître, tu avais semé de la bonne semence dans ton champ : d’où vient donc cette mauvaise herbe ?»  Il leur répondit : «C’est un ennemi qui a fait cela.» Les serviteurs lui demandèrent alors : «Veux-tu que nous allions enlever la mauvaise herbe ?» — «Non, répondit-il, car en l’enlevant vous risqueriez d’arracher aussi le blé. Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson et, à ce moment-là, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d’abord la mauvaise herbe et liez-la en bottes pour la brûler, puis vous rentrerez le blé dans mon grenier.» 

Publié dans Homélies, Vie de la chapelle | Laisser un commentaire