Homélie : Eucharistie et Jeudi Saint

La dernière semaine du Christ sur terre est déterminante.

Elle représente à elle seule environ 1/4 des textes des Evangiles, afin que nous en saisissions toute l’importance et la densité et que nous puissions nous aussi suivre le Christ pas à pas dans ses derniers instants sur terre.

Cette dernière semaine est liée au sens profond de la mission du Christ ici-bas, inséparable du drame du calvaire … mais aussi indissociable de l’éclatante nouvelle de pâques : IL EST RESSUSCITE ! , victoire des forces de la vie sur celles de la mort … fulgurant passage des ténèbres au règne de la lumière. Avec le Christ, c’est Dieu qui écrit l’histoire mais c’est en toute liberté que Jésus accepte sa mission (Jardin des oliviers “Père si tu le veux, éloigne de moi ce calice. Pourtant que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne).

 Le Christ va sceller le destin de l’humanité

Mais Jésus sachant que sa fin est proche, décide de célébrer la dernière cène avec ses apôtres au cours de laquelle

” il prit du pain et après avoir rendu grâce il le rompit et le donna à ses disciples en disant: prenez et mangez , ceci est mon corps livré pour vous, le pain de la nouvelle alliance, mystère de foi qui pour vous et pour beaucoup sera répandu en rémission des péchés pour la vie éternelle,  faites ceci en mémoire de moi…”

Le Christ avant de devoir quitter ce monde, institue par amour le moyen de rester éternellement près de nous. Par le rituel de la transsubstantiation des Saintes Espèces du pain et du vin, il nourrit notre âme continuellement et encore aujourd’hui.

 

 

Ce contenu a été publié dans Homélies, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.